De gamer à maker : le jeu vidéo comme support d’apprentissage

Apprendre par le jeu vidéo, ce n’est pas seulement jouer. C’est aussi (et surtout) créer ! Et si votre enfant passait de gamer à maker ?

Le jeu vidéo : le vilain petit canard de la pédagogie ?

Le jeu vidéo a longtemps souffert d’une mauvaise réputation dans la sphère éducative. Pointé du doigt pour ses scénarios stériles, il est en plus accusé de rendre accro. Voire de développer l’agressivité. Bien que ce dernier point ait été écarté par une étude d’Oxford en 2019, de nombreux parents se demandent comment réagir face à un enfant gamer.

Heureusement, les choses évoluent. Et dans le bon sens ! On reconnaît désormais les atouts du jeu vidéo dans le développement des adolescent.e.s. Le jeu vidéo s’invite dans le milieu scolaire et professionnel avec les fameux serious games, où il stimule la collaboration et la sociabilisation. La sphère psychoéducative lui attribue même des qualités thérapeutiques insoupçonnées. C’est ainsi que Tetris est utilisé (avec succès) pour apaiser le stress post-traumatique.

Le consommateur de jeu vidéo : actif, un peu…

Contrairement à d’autres activités sur écran, le jeu vidéo a le mérite d’être interactif. Il ne peut exister que si le joueur s’y investit personnellement. Chaque action du gamer entraîne une réaction du jeu, auquel le joueur doit répondre pour avancer. C’est le principe du learning by doing.

Toutefois, cette stimulation intellectuelle est limitée. Elle est circonscrite par le gameplay et la trame du jeu vidéo. À moins que la création de mods ou plugins ne soit proposée, une forme de passivité persiste. Le joueur reste un consommateur qui suit une feuille de route. Mais il existe un meilleur moyen d’apprendre par le jeu vidéo et d’exploiter tout son potentiel…

Créer un jeu vidéo : un changement de paradigme formateur

Créer un jeu vidéo plutôt qu’y jouer revient à passer de l’autre côté du miroir. En d’autres termes, à transformer le gamer en maker. Dans ce cas de figure, la création prend le pas sur la simple consommation. En somme, le jeu vidéo ne se contente plus d’être interactif. Il devient productif !

Lorsqu’il essaye de créer un jeu vidéo, l’enfant n’est plus uniquement acteur de sa progression dans le jeu. Il devient acteur des compétences qu’il développe. Bref, il sort du learning by doing pour entrer dans le learning by making.

Demain, des atouts qui feront toute la différence

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’apprendre le code pour créer un jeu vidéo présente de sérieux avantages ! En passant de gamer à maker, votre enfant explore de nouvelles mécaniques intellectuelles. De récentes recherches ont d’ailleurs démontré que la création d’un jeu vidéo cultive des capacités de réflexion d’ordre supérieur.

En outre, apprendre par le jeu vidéo favorise l’émergence de soft skills prisées dans le monde du travail : curiosité, travail d’équipe, etc. C’est aussi la voie royale pour mobiliser des compétences indispensables en STEM (ou STEAM), comme la capacité d’analyse et la résolution de problèmes. Un argument de taille quand on sait que la demande pour les profils STEM ne cesse de croître sur le marché de l’emploi.

Apprendre par le jeu vidéo : quelles limites ?

Malgré ses richesses, le jeu vidéo n’est pas une fin en soi. Ce qui fait de lui un véritable support d’apprentissage, c’est l’acquisition de compétences clés alliée à la stimulation créative. En cela, la qualité de l’encadrement pédagogique joue un rôle déterminant.

Chez we are coders, le jeu vidéo est un levier privilégié pour transmettre la logique informatique aux jeunes générations. Dans cette optique, notre équipe pédagogique a mis sur pied une approche progressive, structurée et dynamique. Pour votre enfant, c’est la garantie d’un accompagnement bienveillant et fructueux.

Vous souhaitez aider votre enfant à franchir le pont entre gamer et maker ? Ça tombe bien, c’est notre mission ! Découvrez nos cours et stages et profitez d’une séance d’initiation gratuite à Scratch.